Recherche  
 vous êtes ici: Accueil  Articles
Thématique
Article

Homœopathie

 Matière médicale
 Philosophie
 Histoire
 Preuves scientifiques
 Divers


Santé de l'homme

 Vaccins
 Bébés
 Alimentation
 Médecines douces
 Divers


Environnement

 Pollution
 Environnement
 Agriculture
 Divers


Santé de l'animal

 Animaux de compagnie
 Animaux de ferme

Calendrier
Consulter la période:





Revue belge d'homéopathie

Utilisation des rêves en homœopathie - suite

par Dr Filip Degroot, le 15 Février 2008

Voici la deuxième partie de l'article consacré aux rêves en homœopathie exposé par le Dr Filip Degroot à Ittre en 2005.

Docteur Filip DEGROOTE
Lorreinendreef 82,
B - 8310 Brugge (Assebroek)
tel: 32(0)50 363020
E-mail: filip.degroote1@pandora.be

ARCHETYPOLOGIE:

De nouveau, il s’avère que certains thèmes et motifs spécifiques qui s’inspirent d’expériences ancestrales, de mythes, des livres sacrés et de récits des différentes cultures se trouvent dans la littérature mondiale. Ce sont des thèmes qui semblent universels et que nous voyons surgir encore de nos jours dans nos fantaisies, nos illusions, nos délires fiévreux et nos rêves.
Le psychologue suisse, professeur Carl Gustav Jung (1875 – 1961), utilisait ce matériel pour arriver à une présentation schématique structurée de la psyché humaine, qui, selon, lui, se compose du conscient et de l’inconscient personnel ainsi que de l’inconscient collectif. Nous devons faire remarquer ici que Carl Jung avait un tout autre point de vue à propos de l’inconscient que son maître, Sigmund Freud. Le contenu de ce qui, à chaque instant, peut être rappelé dans le conscient, Freud l’appelait
“pré-conscience”, tandis qu’il voyait l’inconscient comme une couche de la psyché dans laquelle est entassé tout ce qui a été réprimé par l’individu. La méthode de Freud était, en un résumé très court, basée sur la recherche des émotions inconscientes réprimées, l’explication des rêves et la mise à nu de conflits à un niveau érotique qui sont à rechercher pendant l’enfance.

La notion d’inconscient personnel de Carl Jung, par contre, se rapporte aux deux notions précédentes de Freud : le pré-conscient et l’inconscient. Carl Jung introduisit par la suite la nouvelle notion d’ « inconscient collectif » qui contient ce qui n’est pas spécifique à notre « Je » individuel. Là se trouvent toutes les retombées des manifestations réactionnelles psychiques et les expériences de l’Humanité depuis sa naissance. C’est un élément que chaque individu partage avec tous les autres et qui le lie inconsciemment avec tous ses prochains (Voir note 1 et 3).

L’inconscient collectif contient des images ancestrales que l’on appelle aussi « archétypes ». D’après Jung, ces images primitives ou archétypes sont un matériel hérité qui est présent dans le cerveau.
Le mieux serait de comparer ces archétypes avec une pensée de base ou une idée immatérielle qui existe avant qu’elle ne prenne visage sous une forme matérielle.

Les archétypes sont donc des principes « ordonnants » de la partie inconsciente de la psyché humaine.

Ce sont des centres de force et des champs qui réorganisent le contenu enfoui dans l’inconscient, un processus qui se soustrait à notre champ de conscience, mais qui est d’une importance primordiale pour notre agir et notre lâcher prise.

Voici maintenant une hypothèse personnelle que je voudrais ajouter:
Pour les homœopathes, en analogie avec le concept de l’homme énergétique, l’immatérialité de l’archétype peut être perçue si pas comme la vraie force vitale, au moins comme une partie, ou quelque chose qui lui est relié.
Si nous acceptons qu’il y ait une sorte d’incarnation de l’énergie personnelle qui se passe lors de la conception/naissance (voir note 2), il peut y avoir en même temps une sorte d’incarnation d’un « bourgeon » (récepteur personnel) de l’énergie collective/état d’inconscience.
De cette façon, chaque individu est relié avec « un émetteur externe à lui », l’inconscient collectif.
Comme, durant les rêves, il y a un afflux d’images archétypales, je pourrais dire que chaque personne est reliée via une fréquence propre, à une sous-partie spécifique de l’inconscient collectif, un peu comme quand on choisit un émetteur spécifique à la radio. Et comme les archétypes ont un rapport important avec les images primitives et avec l’instinct, ils sont captés via le chakra inférieur. Cela s’exprime entre autres chez celui qui a chaque fois une érection pendant le sommeil paradoxal, la phase des rêves. Il est vraisemblable que le pénis en érection fait en quelque sorte fonction d’antenne énergétique. Une réaction semblable se passe aussi vraisemblablement chez la femme.
(nb : Freud interprète ceci comme une preuve de la nature sexuelle primaire du processus du rêve).
Et enfin, ce n’est sans doute pas non plus par hasard que les principaux méridiens ancestraux de l’acupuncture, le vaisseau gouverneur et le vaisseau conception commencent juste à hauteur de la région génitale.
Le premier chakra de survie est le chakra inférieur. Ce chakra est, des sept chakra que compte l’homme, le premier à être arrivé jusqu’au développement complet déjà pendant les temps primitifs. Par conséquent, c’est lui qui a gardé les meilleures possibilités de communication avec nos images primitives qui sont encore communicantes et qui se sont développées au cours du temps.






- note 1: Jacobi, J.: De psychologie van C. G. Jung. Een inleiding tot zijn werk. Zeist, 1963, blz. 38 - 39.

- note 2: Degroote, F.: Notes on miasms, heredity and remedy-interactions. Brugge, 1994, p. 23.

- note 3:

LA CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITE


Les différentes parties (entités) de la PSYCHE: (Freud: 1859 - 1939)

ÜBER-ICH

Principe de moralité
Conscience
via l’identification avec la figure parentale hétérosexuelle redoutée (= victoire de l’ Oedipe ou complexe Electra)

IK / ICH / MOI / EGO
C’est seulement (en partie) la partie supérieure consciente de la psyché qui garde le ressenti avec la réalité et qui a comme tâche de trouver quel chemin le Es peut emprunter pour aller vers ce qui l’attire.

Le “Moi” est donc l’instrument de la personnalité totale.

ES /ID

Le Es est le noyau le plus profond de la personnalité et contient

1. Contenu:
L’inconscient personnel (Freud)
= ce qui est réprimé Inconscient collectif (Jung)
= idées et présentations vagues
(faisant partie du matériel héréditaire de chacun)

2. Pulsions:
- pulsions du “moi” + Thanatos (ajouté dans sa période ultérieure)
- pulsions sexuelles
ensemble: pulsion vitale

(nb: pulsions du “Moi” + pulsions sexuelles = Eros)

ZELF / SELBST / SOI (Adler: 1870 - 1937) & (Jung: 1875 - 1961)

Le “Soi” se trouve au dessus du “Moi” et contient le conscient et l’inconscient.
Le “Soi” travaille comme une source intérieure de l’agir et comme une force qui envoie et qui dirige les fonctions de motivations, de besoins, de peurs, etc..

Jung développe la ' psychologie analytique ' dans laquelle la libido est la force vitale générale (qui est une notion plus large que les pulsions et ) qui nous stimule à résoudre les conflits et ainsi à travailler plus l’unité à l’intérieur de soi-même (e.a. entre animus et anima). Le processus d’individualisation est central.

Le SOI vient entre la formation de la personnalité et la recherche de sa propre réalisation.
La ' psychologie individuelle’ est née de ce point de sortie. (Adler)

Le Moi / Ego Spirituel est analogue au Soi. (Steiner)

Il arrive parfois que le remède que l’on doit prescrire se retrouve presque littéralement dans le rêve.

On en connaît de nombreux cas aussi bien dans le littérature que dans ma propre pratique.
Jürgen Becker dans son article 'Die Verwendung von Trauminhalten zur Arneifindung' en donne quelques exemples. Il y décrit plusieurs patients “Lachesis” qui rêvaient de serpents. Dans le répertoire de kent, Lachsis ne se trouve pas dans la rubrique “Rêve de serpents”. Et pourtant, la présence de cette image de rêve achétypiale est très claire dans la pratique et déjà confirmée plusieurs fois, on peut donc la rajouter dans la rubrique.

On connaît beaucoup d’exemples dans la pratique de telles associations archétypiales, comme: rêves d’araignées chez Tarentula, rêves de champignons chez Agaricus et Bovista,…
Ce phénomène revient souvent aussi dans les expérimentations, dans lesquelles le remède se montre souvent non seulement comme symbole ou thème, mais parfois sous la forme du substrat du remède lui-même.

On doit quand même ajouter ici qu’une telle interprétation ou extrapolation est souvent trop simpliste lorsqu’on travaille avec les rêves en homœopathie et que cela pourrait vite nous induire en erreur.
Il n’y a que lorsque l’entièreté du cas confirme la suggestion qui vient du rêve que le remède peut être prescrit.
cf. Cas, entre autres : Laurus nobilis et Kali-chlorosum (voir plus loin).

cf. Cas: Lycopodium (Bernard LONG, Revue Belge d'Homoeopathie - 1993, n° 4, pg. 116): voici un cas dont le remède a été trouvé par décryptage en plus d’autres symptômes de confirmation.
C’est le cas d’un enfant de 9 ans qui souffrait d’un gonflement de l’amygdale droite. Cet enfant avait en outre une frousse bleue des chiens. Il avait un rêve récurrent dans lequel un loup arrivait sur lui et commençait à se délecter de ses jambes et de ses pieds.
Si on décrypte ce rêve comme un rébus, le remède est: Loup (Latin: Lupus) et pied/jambe (Grec: Podos) = Lycopodium.

cf. Cas: Chocolate (Peter KÖNIG, Homoeopathic Links 5/99, p. 294),
on y décrit un rêve dans lequel deux gangsters se débarassent d’une barre de chocolat empoisonné en le jetant par la fenêtre.

De cette façon, nous arrivons automatiquement à la LOI DES SIGNATURES:
La loi des signatures est un phénomène qui renvoie à un lien, un échange, une résonance entre différentes entités.

En phytothérapie, cela signifie que l’on peut observer une indication du pouvoir thérapeutique d’une plante à partir de ses caractéristiques extérieures, de son biotope, et de sa façon de grandir ou de fleurir. Même Darwin établit que le hasard n’a rien à voir avec la forme d’une plante.

Rapporté à l’homœopathie, cela signifie qu’il y a souvent une concordance entre des indications claires venant du patient (symptômes psychique et/ou problématique corporelle) et une possibilité de thérapeutique efficace.
Les symptômes de signatures se réfèrent donc au fait que le nom, la forme, la dimension, la couleur, la structure,… d’un minéral, d’une plante, ou d’un animal reflète l’essence de son identité.
Dans chaque substance, se cache une caractéristique, une marque de reconnaissance qui réfère à son application. Les caractéristiques frappantes d’une substance s’expriment dans la symptomatologie qui est provoquée aussi bien par une dose pondérale qu’infinitésimale.
Arnica était déjà appelée depuis longtemps « L’herbe aux chutes – valkruid » avant que Hahnemann ne l’emploie comme remède homœopathique.
Les plaintes d’Aurum, un métal qui renvoi au soleil en astrologie, apparaissent en absence de la lumière du soleil.

Adaptée aux rêves, nous voyons que la loi des signatures peut nous apporter beaucoup pour nous aider à nous mettre sur la voie du simillimum.

Voici quelques exemples :

- Agaricus, Boletus edulis, Calcarea ovi tostae, Ingluvin, Lachnantes, Murex, Naja nigricolis, Saururus en Vespa (voir plus loin, partie II).

- Un garçon de 7 ans ayant une trentaine de mollusca a le rêve suivant: Il doit prendre part à une compétition de natation mais ne sait pas exactement ce qu’il doit faire. Il demande à son ami qui ne sait pas non plus lui donner de réponse claire. La compétion commence et il plonge dans l’eau. En plus de ses mouvements vers l’avant, il ressent une force qui vient d’en bas et qui le pousse vers le haut, en dessus de l’eau ce qui fait qu’il décrit une espèce de mouvement ondulatoire. Il atteint le premier la ligne d’arrivée, une bande jaune sur le sol du bassin de natation.
Ce mouvement qu’il a accompli en nageant me fait directement penser au style de nage que les dauphins exécutent lorsqu’ils jouent sur la surface de l’eau. Le remède Lac delphinum lui a été precrit et l’a guéri de ses embêtants mollusca!




© Copyright Homeobel